# Accueil

# Actualités

# Flash infos mensuel

# Contact

 

# Actes Artistiques Collectifs

# Commissions permanentes

Études et colloques

# Mille et un lieux du conte

# Dossiers thématiques

 

Appel à témoignages !

Dans nos séances contées, nous avons toutes et tous connus le pire et le meilleur. Mais le pire du pire, ça a été quoi ? (c’est dur de ne choisir qu’un exemple !) Et le meilleur ? (celui qui nous réchauffe toujours le coeur quand on y repense.) Il y a aussi la séance qui reste encore magique : l’improbable, la « dure d’avance » qui s’est pourtant retrouvée sublimée ! Paradoxe total ! Pourquoi ? Par quoi ?

Cette enquête reste attachée à notre travail autour du lieu du conte parce que c’était bien dans un lieu x, à un moment x, avec un public x. La seule chose définie que nous connaissons, c’est vous, vos expériences, vos sensations, vos pensées.

Alors, pendant l’AG, nous viendrons vers vous pour vous interviewer. Mais si vous désirez nous laisser un témoignage écrit, venez donc avec votre feuille ou envoyez-nous un mail à quel-lieu-pour-le-conte@conteurspro.fr .

Rencontre :

Une table ronde se tiendra le 14 juillet de 10h30 à 13h au village du off à Avignon organisée par l'APAC et le RNCAP proposent une table ronde : Quels lieux pour les arts du récit ?

De l’intime à l’espace public, qu’ils soient en itinérance ou sur les plateaux les conteurs et conteuses sont partout. Publics des villes ou des champs, lieux de relégation, établissements scolaires, EHPAD : ils content pour tous. Ils ont besoin de lieux et de partenaires qui sachent les accueillir. 

Le RNCAP et l’APAC vous proposent de partager avec les diffuseurs, le public et les autres disciplines du spectacle vivant leur réflexion nos nécessités en terme de lieux d’accueil et les expériences de programmation d’arts du récit réussies là où peut-être vous ne les attendiez pas.

Qu'est ce que la commission "Quels lieux pour le conte" ?

Le projet initial :

Les conteurs sont accueillis dans de multiples endroits qui deviennent alors « lieu de conte », du plein air à la salle équipée. Quel est-il donc ce « lieu du conte » qui s’inscrit dans notre pratique ? Comment le définir dans ses parts artistiques et techniques ? Et quelles sont-elles ?

Un groupe de réflexion s'est formé autour de ces questions pour confronter nos réalités, pour regrouper nos expériences, nos savoirs et nos rêves, pour dans l'avenir favoriser au mieux ce « lieu du conte ».  

Quel est donc cet espace, artistique et technique, qui accueille l’art du conte ? Comment le définir, le rêver… l’inventer ? »

Aujourd’hui, pour les artistes du spectacle vivant, des lieux de représentation sont bien définis, le plateau pour la danse, celui pour le théâtre (ce n’est pas le même), la salle de concert (du classique à la musique actuelle, pas les mêmes encore !), etc.

Dans leur pratique, les conteurs se produisent très souvent dans des lieux qui ne sont pas destinés franchement à leur travail, que ce soit en salle ou en plein air. Ce peut être des lieux établis comme recevant des spectacles, dans une « forme théâtrale » ayant habituellement une scène frontale, un plateau surélevé ou non, public assis en plan ou en gradins. Ou au contraire dans des espaces non définis qui doivent être « matérialisés » pour que se déroule la séance contée.

Dans le premier cas, généralement tous les apports techniques sont réunis. Ils induisent alors une forme définie en accord au rapport scène-salle, lumières, son…

Dans le second cas, dans un lieu occasionnel accueillant, il faut que le conteur s’adapte à l’espace choisi par l’organisateur ou par lui-même. Il peut ou non demander une scène, installer ou non un « décor », des lumières, du son, disposer le public selon ses désirs, ou non. Aidé par un technicien ou seul, il compose au mieux l’espace répondant à ses besoins.

Mais il peut rencontrer plus de difficultés... (en lire plus)

Année 2016-2017:

Table ronde organisée par l'APAC :

C’est à Théâtre Ouvert le 27 février 2017 à Paris que s'est déroulée la table ronde proposée aux divers partenaires du lieu de conte. (consulter l'ordre du jour)

Cette rencontre avait pour but le partage d’expériences entre toutes les personnes travaillant autour du conte. Que ce soit celles qui construisent les lieux culturels (programmistes, architectes, scénographes et acousticiens) ou celles qui organisent des manifestations où nous, conteurs et conteuses, intervenons.

Echanger sur nos désirs ou difficultés, transmettre nos besoins ou attentes, questionner sur les désirs, difficultés, besoins et attentes de nos interlocuteurs est un premier but. Trouver ensemble comment élargir le débat à tous nos partenaires reste à inventer !

AC  « Décrivez la nature de la relation que vous recherchez avec vos auditoires » le 31 mai 2017 à Saint-Cannat (13).

La relation aux auditoires est-elle de nature visuelle, auditive, olfactive, tactile, autre ? Vous adressez-vous (plutôt) à leur intelligence, à leurs affects (sentiments, émotions), à leurs sens (expérience physique, sensorielle) ? Avez-vous besoin de les voir, les entendre, les sentir ? Quelle est la nuisance que vous redoutez le plus (bruit, vent, allées et venues, lumière inappropriée, mauvaise distance, interruptions, …) ? Que préférez-vous : être à la même hauteur que l'auditoire, plus haut, plus bas ? Quelle est pour vous la bonne distance jusqu'au premier rang ?

Année 2015-2016 :

Nous avons choisi dans un premier temps de travailler sur les besoins techniques pour élaborer un questionnaire les regroupant et mettant en parallèle la réalité du terrain.

Nous avons à ce jour une cinquantaine de réponses permettant de mettre en évidence une pratique actualisée. Nous pourrons nous reposer sur elles comme porte-parole.

 

Mais aussi réalisation d'un questionnaire en direction des conteurs  :

version PDF sur le site de l'APAC. Il peut être présenté à tout conteur professionnel, membre ou non de l'APAC.)

Notre approche dans la lecture des réponses au questionnaire nous a amené vers quelques constatations et quelques nouvelles voies pour continuer notre chemin. A travers les réponses du questionnaire, il nous est apparu ce que les conteurs savent bien mais que les chiffres démontrent aujourd’hui : nos conditions d’accueil ne sont pas toujours bonnes.

·          Quelle est notre part de responsabilité dans ce constat ? Nous sommes là pour un acte artistique, comment nous positionnons-nous exactement ? Qu’induisons-nous qui ne nous évite pas des difficultés ? D’autres artistes ont-ils les mêmes problèmes ? Ces questions nous amènent à celle de la reconnaissance, notre reconnaissance artistique. Qui juge ? Le public ? L’organisateur ? Nous-même ? Ma propre reconnaissance me suffit-elle ?

Cet axe de réflexion nous interpelle et nous avons décidé d’y consacrer une prochaine réunion d’au moins une journée mais d’autres points ont été soulevés et sont à venir également :

·          Quels sont nos rituels, notre protocole, pour passer de la partie technique (arrivée, installation) à l’instant précis où nous sommes uniquement artiste ? Quelle est cette gestion personnelle qui doit être mise en évidence, que ce soit pour nous mais aussi pour l’organisateur et pour le public ?

·          Comment pouvons-nous nous aider mutuellement sur un point qui nous rassemble très majoritairement : l’autonomie ? Le partage d’expériences peut résoudre des questions qui semblent lourdes à gérer pour certains.

·          Comment diffuser nos besoins à notre organisateur le plus fréquent que sont les bibliothécaires ? Plutôt qu’éditer un livret, nous avons eu l’idée de faire un petit film sur les difficultés rencontrés par un conteur quand il intervient dans une bibliothèque, de son arrivée à son départ. Montrer sur un mode léger mais concrètement toutes les facettes de nos difficultés et les mettre en évidence.

·          Il reste à trouver également un autre principe de diffusion de ces besoins destiné aux autres organisateurs (qui doit être pensé jusqu’aux « gros » organisateurs de festivals). Une idée émise : écrire et (ou) dire un conte ! Projet intéressant à méditer !!!

·          En miroir aux réponses plus « techniques », quelle est la nature de ce lieu de conte quand cela se passe bien ? Ou au contraire, quels éléments dans ce lieu de conte ont perturbé un bon déroulé ? Quelle part la salle de spectacle et les spectateurs ont-ils, induisant un bon ou mauvais déroulé ? Quelle est la nôtre ? L’AC « Nature de la relation aux auditoires » pourra sûrement apporter des points de vue à ces questions !

·          Nous établirons également, en reprenant les titres évoqués dans le questionnaire, parking, loge, espace scénique, etc. une fiche technique regroupant les besoins pour l’accueil d’une séance dans un lieu donné. Nous proposerons ce document à l’AG 2017 pour recevoir les avis des APAChes présents et présentes.

Nous sommes devenus en 2015 Commission « Quel lieu pour le conte ? » et non plus AC initialement prévu. Cela ne change rien à notre projet mais valide la durée de notre travail dans le temps à venir.

Contact tel de la commission - Jeannie : 06 13 80 00 74 .

Email : quel-lieu-pour-le-conte@conteurspro.fr