Commission égalité

Où il est question d’égalité et de genre dans les contes et le milieu du conte …

Contact : egalite@conteurspro.fr


La commission égalité a pour vocation :

  • de faire émerger, d’informer, de réfléchir et d’agir pour sensibiliser à la question de la place des hommes et des femmes dans notre profession en particulier, plus généralement dans le monde du spectacle vivant voir, de la société en général.
  • de nous mettre en éveil sur le rôle des hommes et des femmes, des stéréotypes de genre,  dans le répertoire et dans nos adaptations des contes et des récits…

L’APACC a  souhaité que cette vigilance à l’égalité s’exerce aussi au sein de la gouvernance de l’association. Dans son engagement, elle a adhéré à l’Association H/F  et  promeut, autant que possible, cette réflexion dans le monde du spectacle vivant, qui affirme trop souvent que « l’art n’a pas de sexe ». L’Assemblée Générale des 8 et 9 septembre 2020 a décidé par vote du changement de nom de l’association qui devient Association Professionnelle des Artistes Conteurs et Conteuses.

Les actions et réflexions que mène la commission ont un impact important dans l’association, et au-delà dans le monde du conte,  des conteurs et des conteuses. C’est un chantier exaltant.

En 2021, trois actions sont en cours :

  • De l’intime au politique, un nouvel atelier avec Anne Morel Van Hyfte, en janvier par zoom et au printemps »en vrai ».
  • Le partage d’outils pour le langage oral inclusif
  • La poursuite du travail sur la visibilité des femmes anthropologues, ethnologues, folkloristes, collecteuses, conteuses…
    Les détails sont ci-dessous.

De l’intime au politique, atelier/formation  avec Anne Morel Van Hyfte, 2021

La proposition  rédigée par son animatrice, c’est ici : Anne Morel proposition atelier janvier 2021. Le travail est à la fois intime et politique, toujours respectueux. C’est de « l’empuissancement », comme elle le dit si joliment.
La première partie de l’atelier a eu lieu par zoom les 21 et 22 janvier 2021  et a réuni  8 femmes et 4 hommes. Elle sera  suivie d’une journée en présentiel au printemps.
Les participant·es ont expérimenté, derrière leur écran, des outils pour pouvoir vivre avec encore plus d’harmonie et de détente, leur vie d’artiste (ou autre) durant deux demi-journées. Ces deux matinées furent, intenses, riches en partages et émotions et ils·elles sont reparti·es avec des outils pour les aider à « l’empuissancement de leurs projets ». Vous pourrez en savoir plus ici : ressenti atelier anne morel van hyfte janvier 2021
Ils·elles ont hâte de se retrouver « en vrai », au printemps 2021, pour faire éclore leurs envies, leurs projets, lors de la deuxième journée prévue.

Partage d’outils pour le langage inclusif

Nous étions 6 de la commission égalité à nous retrouver « de visu » (quel bonheur!) à Lyon le 19 mars 2021 pour poursuivre le travail fait par zoom sur l’oralité inclusive.
Tout au long de la journée, chacun·e a raconté un extrait ou un de ses contes en entier, en essayant d’être attentif·ive à inclure les personnages féminins, à tester différentes possibilités autour du langage inclusif et à ne pas véhiculer de stéréotypes. Après avoir écouté attentivement nous avons fait part de nos observations à celles ou celui qui racontaient : en relevant les procédés mis en place pour un langage inclusif ou au contraire les omissions (in)volontaires pour, ensemble, faire des propositions.
Cette journée fut une plongée passionnante dans notre façon de nous exprimer, cela nous a permis de prendre conscience de l’importance des pronoms et accords employés ainsi que le choix de leur ordre dans la parole conteuse, de se pencher, encore plus, sur nos personnages, leurs actions et leurs fonctions (symboliques et réelles), et de réfléchir sur l’ impact de cette démarche sur le public qui nous écoute. Cette exploration est à continuer sans modération !

La veille de l’AG, le 6 septembre 2021, nous donnerons un prolongement à ces explorations, avec une intervenante extérieure, Éliane Viennot , qui en un après-midi, nous fera une mini conférence sur le langage inclusif écrit et oral puis un temps de pratique avec un petit exercice écrit suivi de jeux inspirés de nos expérimentations lyonnaises !

Lors de l’AG 2020, les adhérent·es ont voté pour que l’APAC s’engage dans l’écriture inclusive. Nous sommes devenu·es l’APACC, et de nombreux écrits de l’association sont désormais en langage inclusif. Si ce changement peut paraître artificiel, questionner notre langage écrit mais aussi oral nous paraît fondamental en tant que conteur·ses. La parole est puissante et notre manière de parler et d’écrire contribue à notre manière de penser le monde.
La commission égalité a travaillé de novembre à avril à interroger notre parole dans les contes,  jusque-là, à distance mais en  rassemblant chaque fois une dizaine de personnes ! Questionner le genre et les différentes dominations doit se faire aussi et surtout dans nos récits. C’est ouvrir le regard, changer de point de vue, et c’est jubilatoire pour nous tous·tes.

En ce qui concerne l’écriture inclusive  nous vous invitons à découvrir un outil pratique,  simple et gratuit consultable et imprimable en ligne : le Manuel d’écriture inclusive édité par Mots-clés, pdf en libre accès.

Chantier 2019-2021 : visibilité des femmes anthropologues, ethnologues,  folkloristes, collecteuses, conteuses…

L’oubli ou l’impossibilité d’accéder aux  travaux  de nombreuses chercheuses ont conduit la commission égalité de l’APACC à proposer  un chantier pour engager une démarche réflexive et concrète visant à rétablir ces oublis. Le chantier est colossal mais… enthousiasmant ! Nous allons de découvertes en découvertes…
Saviez-vous que :
Perrine Luzel, paysanne parlant et écrivant breton a collaboré de façon essentielle à la collecte de son frère François Marie Luzel ?
Des contes malgaches ont été collectés et illustrés par Jeanne de Longchamps et édités en 1955  avec une post face de Paul Delarue ?
Giuseppe Pitré considérait les conteuses de Palerme comme infiniment plus douées que leurs homologues masculins ?
Josiane Bru, Bernadette Bricout, Lydia Gaborit, Ariane de Félice, etc. ne sont pas référencées sur wikipedia ?
Etc.

Nous nous sommes  réunies, à distance,  les 24/11/20, 08/12/20,  26/01/21 et 10/03/21.
Nous avons fait le point sur les nombreux contacts que nous nous étions distribués : nous commençons à avoir quelques retours : merci !
Les réunions par zoom se poursuivent, chacun·e peut apporter sa contribution. N’hésitez pas à nous envoyer des informations si vous croisez dans vos lectures ou recherches des infos qui vous semblent pertinentes sur le sujet et/ou certaines de ces femmes.
La prochaine réunion aura lieu le 26 mai à 18h30 : vous pouvez vous y inscrire en nous envoyant un mail

Voici quelques-uns des outils accessibles à tous·tes que nous avons mis en place :
– liste des femmes anthropologues oubliées de wikipedia, en accès libre : les femmes non encore répertoriées par l’encyclopédie sont en rouge. Si vous en savez plus sur l’une d’elle, dites-le nous ! Attention pour modifier quelque chose sur wikipedia il est grandement conseillé d’y avoir un compte ! Sinon envoyez-nous un mail
– Fiche préparation Wikipedia vous donnera une idée des quelques hymalayas qu’il nous reste à escalader pour que ces femmes remarquables soient enfin visibles. Vous pouvez participer !

Nous envisageons une nouvelle journée de formation wikipedia sur Lyon avec Natacha Rault des SansPages, avant l’été. Seriez-vous intéressé·es d’y participer ? Merci de nous le dire.

La médiathèque Françoise Sagan (Paris 75010) est partante pour nous accueillir pour un nouveau colloque  » Visibilité des femmes anthropologues, ethnologues, folkloristes, collecteuses, conteuses … » : une journée à l’automne 2021.( CR du colloque de 2019).

Le manifeste, ci dessous,  a été rédigé collectivement le 8 octobre 2019  et validé par l’Assemblée Générale de l’APACC, le 9 septembre 2020. Nous souhaitons qu’il soit lu et diffusé.

Nous conteuses et conteurs professionnel·le·s réuni·e·s au sein de l’APACC (Association Professionnelle des Artistes Conteurs et Conteuses) avons pris conscience de l’invisibilité et de l’inaccessibilité dans laquelle se trouve  la plus grande partie du travail de collectage et de recherche fait par des femmes anthropologues, ethnologues, folkloristes, conteuses,  autrices,  artistes, etc.
Nous souhaitons œuvrer à la découverte et à la transmission du  travail de ces nombreuses femmes remarquables autant qu’ignorées.
En ce jour du 8 octobre 2019 nous avons décidé de créer un mouvement pour tenter de rendre disponible et  visible le travail de ces femmes.
L’accès à ce savoir nous semble en effet essentiel pour :
– Nourrir notre travail artistique de façon plus équilibrée,
– Transmettre aux générations futures des corpus de récits non-amputés de leur part féminine
– Rendre à la parole féminine sa légitimité et sa puissance.
Nous appelons toute personne qui le souhaiterait à collaborer, même de façon modeste, à ce travail que nous ne pourrons mener qu’en lien avec des universitaires, des artistes, des curieuses et curieux, des chercheuses·eurs, sachant que dans l’ombre, certain·es ont déjà commencé ce travail.
Soyez les  bienvenu·es !

Les 8 et 9 octobre 2019, c’était le début du chantier
Vous trouverez ici le
Compte rendu succinct 8 et 9 oct 2019
– Le compte rendu détaillé de la journée du 8 avec notamment les textes des conférences de Aurore Evain (Matrimoine et autrice : des mots interdits, des femmes et des oeuvres délégitimées) et de Jean Loïc Le Quellec (Où sont les femmes anthropologues ?) Visibilité des femmes anthropologues CR intégral du 8 oct 2019
– L’article de la Grande Oreille n°79 :  Les femmes invisibles

 

Démasquons nos répertoires, le test du printemps 2020 :

Et si je testais mon répertoire de contes ?
« Il était une fois un roi qui avait douze fils… »
Ça commence bien, mais… où est la reine ? Où sont les sœurs ?
Qu’en est-il des filles, des garçons, des fils, des filles, des héros et héroïnes dans nos histoires ?
Et si je testais mon propre répertoire ? Aurai-je des surprises ? Chiche !
Première question : je prépare une racontée d’une heure. OK. Au bout de combien de temps apparaît une première femme et dans quel rôle ?
Pour aller plus loin : Et si je faisais le test de Mako Mori ? Il s’inspire du test de Bechdel qui permet de mettre en évidence l’éventuelle sur-représentation des protagonistes masculins ou la sous-représentation de personnages féminins dans une œuvre de fiction.
On y va, c’est très simple :
1. Le conte doit avoir au moins un personnage féminin ;
2. Ce personnage a son propre arc narratif ;
3. Cet arc ne consiste pas à être le faire-valoir d’un personnage masculin.
Si l’œuvre contée vérifie ces trois critères, le test est dit réussi.
Si ce n’est pas le cas, cela peut indiquer que l’œuvre est centrée sur des figures masculines, voire correspond au “syndrome de la Schtroumpfette”.
Pour en savoir plus sur le test de Bechdel : voir Wikipédia.
Allons, on le fait ?
Précision : cette proposition reste celle d’un auto-questionnement, il n’y a pas d’attente de réponse. Peut-être un échange là-dessus à la prochaine AG de l’APAC sera-t-il le bienvenu ?
Ce test a été concocté par Françoise Barret, Elisabeth Calandry, Sonia Koskas, Anastasia Ortenzio et Claire Péricard, conteuses de la Commission Egalité de l’APAC.
On a fait le test entre nous sur nos histoires et répertoires : ouf !

Compte-rendus des autres actions de la commission égalité :

L’enquête :

Parité hommes femmes dans le conte en 2013  commanditée par Le Mouvement H/Fet l’APAC auprès de Marion Firecka, sociologue.
La répartition H/F a été évaluée à partir de 50 programmations de festivals et de lieux de diffusion de contes.
Des extraits de cette enquête ont été publiés dans le Rapport du Haut-Commissariat à l’Egalité : Egalité dans la culture: le temps de l’action », 2018

Les conférences

Construction des identités sexuées dans les sociétés, mythes et réalités : regard d’un anthropologue avec Jean-Loïc le Quellec 2017
Texte complémentaire : Liste des femmes anthropologues

Les colloques

La femme conteuse et la femme dans le conte 2011
La femme conteuse et la femme dans le conte/2 2013
Héros héroïnes distribution des rôles 2014

Les journées de réflexions 

Stéréotypes- masculin/féminin dans nos contes : transmission ou détournement ?  2016
Le rôle des pères dans les contes 2017
En interne : Parité homme/femme au sien de l’Apac 2017

Les formations théoriques et pratiques

« Partage d’outils de construction de l’égalité femme/homme dans les métiers du spectacle et du conte » pour porteur.s.es de projets artistiques et culturels avec Anne Morel, formatrice H/F
Présentation de la formation / Technique de libération émotionnelle
CR 2015
CR et
Impressions des participant.e.s 2018
Ressenti participant.e.s workshop juillet  2019

Mais aussi

Les Echos des Journées du Matrimoine 2017

La Rencontre 2017 au Village du off en Avignon :
Lire la contribution d’Elèna Suzat, sociologue